Source: 14/04/2005 – SUD OUEST http://www.sudouest.com

CULTURE

Au domaine de la Tour, on apprend le français aux Anglais

Aquitaine Langues relie la France et l’Angleterre : David Patsouris

Il fallait y penser : Albert Croce a créé
en novembre 2004 Aquitaine Langues, un centre
d’étude des langues. Pour être
plus clair, dans les locaux qu’il loue au
Domaine de la Tour, Albert Croce apprend le
français aux Anglais de Dordogne.

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître,
aucun organisme avant lui ne proposait ce
type de prestation. Alors que plus de 200
000 passagers entre la France et l’Angleterre
(et vice-versa) transitent annuellement par
l’aéroport de Roumanières, qu’environ
10 % des titulaires d’un compte bancaire au
crédit agricole de Bergerac sont britanniques,
que 45 % de la population d’Eymet est étrangère,
personne n’en avait eu l’idée !

Du coup, des foules d’Anglais demeurent en Dordogne
sans parler un seul mot (ou presque) de français.

« J’ai passé 27 ans dans le sud ouest
de l’Angleterre, à Dartington, explique
Albert Croce. J’y dirigeais une alliance française,
une maison de diffusion de la langue et de
la culture française. Et puis j’ai
eu envie de rentrer en France. Après
des études de marché en Touraine,
vers la Rochelle, j’ai vu que Bergerac avait
un vrai potentiel, avec une grande communauté
étrangère qui réside
ici et aucun organisme proposant des cours
de français. Pour cela, les étrangers
de Dordogne devaient aller jusqu’à
Bordeaux. »

«
Colonisation ».
Du
coup, Albert Croce a rencontré les
responsables de la Communauté de Communes
de Bergerac Pourpre qui lui ont proposé
de s’installer au Domaine de la Tour, dans
l’enceinte de l’Institut du tabac. Il y est
donc locataire depuis novembre 2004. Et y
dispensent ses cours intensifs avec l’aide
d’un autre professeur, à raison de
3 à 5 heures de français (ou
d’anglais) par jour.

Les choses démarrent doucement : une cinquantaine
d’étudiants inscrits depuis novembre
2004. Albert Croce espère arriver à
400 ou 500 étudiants à la fin
2005. Parmi les inscrits, des Hollandais,
des Américains, des Russes, mais surtout
des Anglais. Venue de Sainte-Foy, de Duras,
de Marmande et du Sud Dordogne, la population
est très diverse : des retraités
bien entendu, mais aussi des étrangers
bien plus jeunes, qui sont installés
ici pour travailler.

Tout cela, on le sait, n’est pas sans poser quelques
soucis d’intégration, et quelques incompréhensions,
surtout entre Français et Anglais.
Rappelons que dans une émission de
Bernard Pivot, « Double Jeu »,
le plus bergeracois des Anglais, l’écrivain
William Boyd parlait avec tristesse «
d’une forme de colonisation » et regrettait
que ces compatriotes ne cherchent pas tous
à parler français pour mieux
s’insérer dans le tissu local.

Des
manifestations à Bergerac.
Albert
Croce veut faire dialoguer ces deux cultures.
Ainsi, demain soir, il a organisé en
partenariat avec la librairie de la Brèche
une rencontre avec deux écrivaines
françaises, et pas n’importe lesquelles
puisqu’il s’agit de Geneviève Brisac
et Agnès Desarthe. Toutes deux parleront
de leur dernier livre, « V. W. »,
sur la romancière anglaise Virginia
Woolf (lire ci-dessous).

« Lorsque je dirigeais l’Alliance Française
à Dartington, j’avais participé
ou organisé des dégustations
de vins, des conférences, des festivals
de films français, ou de littérature.
Je veux aussi initier ce type de manifestation
ici, à Bergerac. » Ainsi, le
27 mai prochain, c’est la viticultrice anglaise
de Gageac Patricia Atkinson qui viendra parler
de son livre, « Les vignes du bonheur
», au Domaine de la Tour.

Renseignements

au 05.53.74.17.85.

Source: 14/04/2005 – SUD OUEST http://www.sudouest.com